Accueil > Communiqués > Régionaux > Lettre ouverte au Directeur du SPIP de la VIENNE

Lettre ouverte au Directeur du SPIP de la VIENNE

mardi 18 octobre 2011  |   Version imprimable   |   Envoyer par courriel

Monsieur,
La semaine dernière, les travailleurs sociaux ont eu vent des graves difficultés rencontrées par l’ AJUDEVI, association habilitée à POITIERS à réaliser des enquêtes rapides dans le cadre des permanences d’orientation pénale.

En clair, le parquet nous a laissé entendre que cette association allait mettre la clef sous la porte et ne serait plus en mesure à présent d’effectuer les POP, qui, vous le savez, sont faites en alternance hebdomadaire
par l’ AJUDEVI et le SPIP.
Cette situation est connue de tous depuis plusieurs semaines.
Vous êtes membre du conseil d’administration de l’ AJUDEVI, des informations sont donc probablement en votre possession. Pour autant, vous êtes curieusement muet sur ce sujet, sans doute occupé à des tâches bien plus importantes que celle de gérer convenablement votre équipe de travailleurs sociaux dans une situation que tout le monde sait devenir incessamment très problématique.
C’est ainsi que, depuis vendredi, alerté par Mme la CSIP d’une situation qui allait poser de sérieux problèmes d’organisation dans votre service, vous n’avez pas daigné communiquer avec votre équipe de la moindre façon.

L’AJUDEVI étant de service POP cette semaine, le résultat ne s’est pas fait attendre : Hier matin, le parquet a demandé une POP pour un justiciable, déjà mis en détention provisoire. L’AJUDEVI n’étant plus en mesure de réaliser l’enquête, vous avez engagé le SPIP en sollicitant les collègues ....du milieu fermé...tentant ainsi de transformer un entretien d’ arrivant en enquête rapide...
Mauvaise pioche ! :
Par manque de temps, car saisis au pied levé (eh oui, M. Le Directeur ; nos collègues du CP VIVONNE ont aussi une organisation de travail à respecter...) l’enquête rapide n’a pu avoir lieu . Qu’en pensent l’avocat du justiciable, le parquet et le tribunal en terme de régularité de procédure ?....

Hier après-midi, vous étiez absent de la réunion de service et aucune organisation n’a été envisagée pour faire face à un problème que nous savons d’ores et déjà récurrent.

Ce matin, nous sommes à nouveau saisis d’une POP...et vous n’êtes toujours pas là, ni ne faites savoir comment vous comptez mettre en place une organisation dans cette situation intenable. Vous chargez simplement Mme La CSIP de mettre en place une réquisition pour contraindre un agent à abandonner son travail déjà programmé, pour courir à cette nouvelle urgence. Et c’est ainsi que l’agent de permanence SPIP se retrouve en demeure de faire aussi la POP ! Laissant ainsi sa place de « permanencier » à un autre agent qui doit à son tour abandonner son travail pour se consacrer à cette nouvelle tâche....
En outre, faute de véhicules – déjà utilisés pour les permanences délocalisées - le SPIP a dû appeler un taxi pour que l’agent réquisitionné puisse se rendre en gendarmerie...
Cette situation ubuesque pourrait prêter à rire si elle n’était une nouvelle fois le reflet de votre incapacité à prévoir, à communiquer, et à gérer convenablement votre service.

Nous sommes las M. Le Directeur, de vos effets d’annonce du type « je vais me retrousser les manches et je vais essayer de... » comme vous nous l’avez une fois encore annoncé à la réunion départementale du 22 septembre dernier, sans qu’aucune solution concrète, cohérente et respectueuse des charges de chacun ne
soit proposée.

La compétence et le bon vouloir de vos agents a trouvé ses limites, Monsieur le Directeur. La DISP a été maintes fois alertée, vous avez très récemment rencontré la psychologue de la DISP qui vous a fait part des difficultés récurrentes et croissantes des agents de votre service.

Pour autant, en dehors de vos déclarations d’intention et de vos actes de contritions, toujours rien !

Pour les POP, nous attendons des réponses pérennes MAINTENANT !

Il est hors de question que les agents du SPIP de LA VIENNE continuent à être gérés au pied levé et à coups de réquisition quotidienne au gré des urgences et par manque de moyens.
Nous vous sommons de faire le travail pour lequel vous êtes payés, à savoir : anticiper, organiser, communiquer et en l’espèce trouver toutes dispositions pour permettre aux agents de votre service de
continuer à exercer leur mission de service public dans des conditions convenables.Faute de répondre à cette exigence, nous vous informons que les incidents vont se multiplier et que vous en
porterez seul la responsabilité.

La section locale CGT
SPIP 86


Nous vous informons nous saisissons la direction inter-régionale de Bordeaux et que ce courrier.

sera rendu public.

Plan du site | Infos légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page