Accueil > Actus interprofessionnelles > Collectifs sur les questions de la justice > Loi de programmation exécution des peines. Construire « (...)

Loi de programmation exécution des peines. Construire « 30 000 » nouvelles places de prison est un non sens humain, économique et juridique

mercredi 25 janvier 2012  |   Version imprimable   |   Envoyer par courriel

Le projet de loi dit « de l’exécution des peines », en cours de discussion au Parlement, prévoit entre autre de porter à 80 000 places le nombre de places de prison.

D’horizons très divers, nous, organisations de la société civile et professionnels du monde judiciaire, nous opposons fermement à cette perspective.

Construire 24 397 nouvelles places de prison n’est pas la solution miracle pour lutter ni contre l’insalubrité réelle de certains anciens établissements ni contre la surpopulation de nos prisons. Au-delà de ce paravent l’objectif réel aujourd’hui est d’incarcérer davantage, faisant de la prison la peine de référence, en contradiction
frontale avec les évolutions de la loi pénitentiaire et les modalités d’aménagement qu’elle a introduites.

Car incarcérer massivement, y compris des personnes condamnées à de courtes peines c’est favoriser la récidive en rompant les liens sociaux !

Car incarcérer davantage représente un coût que les gouvernants ne peuvent ignorer !

La logique du programme de construction prévu par le projet de loi constitue un véritable traitement industriel en termes de gestion de stock et de flux, appliqué à des êtres humains. A l’opposé de la rationalisation affirmée par le projet, cette politique pénale couterait très cher au budget de l’Etat, et pour longtemps au vu des contrats de partenariat public-privé prévus.

A rebours de cette politique sécuritaire, prétendument gestionnaire, et au nom des valeurs qui nous sont chères, nous appelons les parlementaires à porter ces propositions.

NOS PROPOSITIONS

1- Se doter de prisons à taille humaine et favorisant la réinsertion

2- Pour une politique pénale véritablement efficace, orienter ou accompagner le plus en amont possible.

3- Réaliser des études comparatives indépendantes sur les coûts
des nouvelles places de prison.

Premières organisations signataires :

l’AFC / l’ANJAP / Ban Public / la Cimade / la CGT des chancelleries & services judiciaires / la CGT justice PJJ / la CGT pénitentiaire /
Citoyens et Justice / la Croix Rouge / Droit d’Urgence / Emmaüs France / FARAPEJ / la Fédération Protestante de France / la FNARS / FO Syndicat National de Magistrats / le Genepi / la Ligue des droits de l’Homme / l’Observatoire International des Prisons / le Secours Catholique / le SNEPAP-FSU / le SNEPES-PJJ-FSU / le Syndicat de la Magistrature / Le syndicat des avocats de France

LIRE LA SUITE EN TEXTE COURT

LIRE LA SUITE EN TEXTE PLUS ARGUMENTE

PDF - 619.4 ko
Texte court
PDF - 757.4 ko
Texte long
Plan du site | Infos légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page