Accueil > Communiqués > Régionaux > MC Saint Maur : Casse du service public, Tome 2 (Une (...)

MC Saint Maur : Casse du service public, Tome 2 (Une privatisation rampante)

lundi 7 juin 2010  |   Version imprimable   |   Envoyer par courriel

Comme D’autres secteurs de notre « économie politique », tels les transports, la santé ou l’éducation, l’administration pénitentiaire n’échappe pas à l’abandon du service public au profit du secteur privé. Ceci est une question de choix politiques réfléchis et non seulement d’impératifs économiques comme nos gouvernants veulent bien nous le faire croire.

Cette libéralisation de notre administration n’a qu’un seul objectif : Créer et promouvoir un « marché de la prison ». Marché dont les seuls bénéficiaires sont des entreprises privés comme SAGI, SODEXO ou BOUYGUES qui recouvrent la communication, la restauration et la construction. Et c’est bien là que le choix politique supplante l’économie car cela coûte plus cher à l’Etat que s’il conservait ses segments d’activités.

Pour exemple, la privatisation du parc immobilier par le partenariat public privé (ppp) avec BOUYGUES. Les nouveaux établissements sont ainsi loués par le secteur public à cette entreprise privée avec option d’achat sur une durée initiale de 30 ans. Et cela grève le budget de l’Etat c’est-à-dire ponctionne la manne financière du contribuable de plusieurs centaines de milliers d’euros mensuels par établissement. Ce qui fait que le coût total des nouveaux établissements multiplié par le nombre d’années de location constitue un véritable gouffre budgétaire !

Ce n’est donc pas une simple question économique puisque, par exemple, lorsqu’il s’agit de payer les grandes entreprises du CAC 40, l’Etat trouve de l’argent, mais lorsqu’il s’agit de rémunérer les heures supplémentaires des agents, il n’y en a apparemment pas. Cherchez l’erreur…

C’est donc bien d’une volonté politique affichée et assumée dont résulte le trou budgétaire de notre administration et pas de fausses raisons financières.

Et que dire encore, chèr(e)s collègues, de l’avenir de l’AP, quand avec la privatisation du parc immobilier et de multiples secteurs, la privatisation du parc humain se met en marche ?

A réfléchir….

Le 7 juin 2010, le bureau local CGT Pénitentiaire.

Plan du site | Infos légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page