Accueil > Communiqués > Nationaux > Madame TAUBIRA reconduite dans ses fonctions

Madame TAUBIRA reconduite dans ses fonctions

mercredi 2 avril 2014  |   Version imprimable   |   Envoyer par courriel

Ne le cachons pas, la surprise est de taille. En effet, tout laissait supposer qu’avec la nomination de M. VALLS au poste de premier ministre, le ministère de la justice allait changé d’occupant. Nul n’ignore la polémique faite par M. VALS à l’encontre de la politique pénale envisagée par la ministre de la justice.

C’est donc avec prudence que la CGT Pénitentiaire accueille la nomination de Christiane TAUBIRA au poste de garde des sceaux, ministre de la justice.

A priori, rien dans ce qui a transpiré pour l’instant laisse penser que la politique économique du gouvernement sera infléchie, politique guidée par les critères financiers européens, les banques et les marchés. Le pacte de responsabilité ne devrait pas être remis en cause, ce qui va conduire le gouvernement à faire une coupe de 50 milliards d’euros sur les dépenses publiques sur trois ans. Qui dit compression des dépenses publiques, dit que nous devons craindre le pire en matière d’emploi, de salaires, de moyens des services, d’autorisation de programmes, de rénovation des structures, de revendication pour les personnels au travail, etc.

C’est dans ce contexte que Christiane TAUBIRA va poursuivre son mandat avec désormais une question centrale, aura-t-elle les coudées franches pour conduire sa politique pénale que nous jugeons pourtant très tiède, M. VALLS poursuivra t-il le calendrier parlementaire convenu, lui qui s’est positionné en chantre de la sécurité publique façon Sarkozy ?

A priori, les contacts parlementaires que nous avons déjà entrepris nous affirment que le projet passerait à l’assemblée mais pas le 14 avril, date initialement prévue. Tout comme la commission des lois ne s’en est pas emparée ce jour comme il était prévu. Notre rencontre prochaine avec la ministre nous en dira plus.

Enfin, la politique pénale ne saurait suffire à elle seule en ce qui concerne la CGT. La ministre doit donner un souffle nouveau lors de ce mandat renouvelé tant les déconvenues sont nombreuses sur les terrains : aucune rénovation ni réflexion sur les pratiques professionnelles et les missions notamment des personnels de surveillance, prisons surpeuplées, démocratie locale en berne, management sans discussions, droits bafoués, insécurité au travail, agressions, prises d’otage, santé des collègues se dégradant au regard des charges de travail et des rythmes, travail en mode dégradé partout, repos inconséquents, heures supplémentaires à la pelle, pratique des organismes paritaires ou consultatifs en trompe l’œil avec des marges de manœuvre quasi inexistantes, etc, etc.

La CGT attendra pour voir. Au-delà de la politique pénale en lien avec la réinsertion mais aussi la sécurité, les missions et les conditions de vie et de travail, la CGT placera l’emploi et les salaires comme étant des enjeux forts pour les personnels du service public pénitentiaire.

Montreuil, le 2 Avril 2014

Plan du site | Infos légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page