Accueil > Communiqués > Nationaux > Ministère de la Justice : enfin reçus, ou plutôt... (...)

Ministère de la Justice : enfin reçus, ou plutôt... invités pour une fois !

mercredi 24 septembre 2008  |   Version imprimable   |   Envoyer par courriel

La ministre de la Justice a jugé bon de convier la CGT Pénitentiaire et les autres organisations syndicales hier soir après avoir convoqué les directeurs d’établissements en uniforme de cérémonie !

Pour une fois, madame Dati a bien voulu nous parler … et de près cette fois, alors qu’elle ne daignait répondre à nos sollicitations jusqu’à présent !

En effet, « le drame de Rouen », très médiatisé, est bien trop préjudiciable pour le gouvernement… Il pointe, à nouveau, les carences du système carcéral et les limites d’une politique pénale ultra-répressive. Les médias nationaux attaquent l’image de la pénitentiaire, ce qui est insupportable pour certains !!!

Les suspensions injustes des agents de la prison de Rouen ont semé le trouble chez les personnels pénitentiaires qui se posent des questions sur leur rôle, leurs missions et leur responsabilités.

Au regard de nos positions et de nos vives réactions sur la politique pénale menée depuis un certain nombre d’années, c’est sûr et certain que la ministre n’a pu faire sans nous cette fois-ci !

Et pour cause …

  • Parce que la politique pénale a une influence sur les conditions de travail des personnels ;
  • Parce que celles ci ont une influence sur les conditions de détentions ;
  • Parce que l’affaire de Rouen est symboliquement difficile,

Mme Dati nous a acceptés dans ses murs...

Elle nous a interpellé à de nombreuses reprises sur les motifs de suspension. Est-ce parce que FO boycottait exceptionnellement ce soir là, alors qu’elle leur avait assurés par téléphone, deux jours avant, de sa solidarité envers les personnels de la maison d’arrêt de Rouen ???

La CGT Pénitentiaire a demandé la levée immédiate des suspensions excessives de nos deux collègues. En réponse, la Garde des Sceaux nous a assurés que cette mesure n’était que provisoire et sans préjudice pour les agents concernés et qu’elle serait levée dès les conclusions de l’inspection pénitentiaire rendues !

La CGT Pénitentiaire a aussi demandé :

  • que le principe de l’encellulement individuel soit la règle ;
  • que le problème de la prise en charge des personnes ayant des troubles psychiatriques soit débattu et résolu rapidement ;
  • et que la prévention des suicides en prison soit traitée à nouveau, mais en dehors du sujet précédent...

La ministre nous a écoutés, a convenu de désaccords profonds avec notre syndicat mais a affirmé qu’elle était « à notre disposition » !!!
Son souci d’apaisement, très fortement exprimé, ne durera certainement pas très longtemps. Aussi la CGT Pénitentiaire saisira, rapidement, toutes les occasions pour s’exprimer et défendre les conditions de travail que ce soit au ministère ou devant les portes des prisons … Affaire à suivre !

Montreuil, le 24 septembre 2008

Plan du site | Infos légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page