Accueil > Communiqués > Régionaux > Mobilisation intersyndicale à Rouen

Mobilisation intersyndicale à Rouen

mercredi 20 octobre 2010  |   Version imprimable   |   Envoyer par courriel
PDF - 169.7 ko

Alors que nos conditions de travail et nos carrières se dégradent chaque jour un peu plus, que les moyens budgétaires se réduisent, que la suppression des emplois public remet en cause gravement la qualité du service public de la justice, chacun comprend que la contre-réforme des retraites constitue une RÉGRESSION SOCIALE MAJEURE sans précédent.

Une bonne part des médias et des politiques relaie la volonté des actionnaires et chante en chœur que cette contre-réforme est inévitable : elle n’est « inévitable » que pour celles et ceux qui veulent ignorer qu’il est tout à fait possible de financer nos retraites par répartition sans toucher à l’âge légal ou à la durée de cotisation mais en augmentant les cotisations retraites et, en priorité, les cotisations retraites patronales. La contre-réforme que ce gouvernement veut nous imposer pèse à 90 % sur les seul(e)s salarié(e)s et ne fait qu’égratigner les profits et la rente.

C’est la raison pour laquelle la CGT pénitentiaire, la CGT Services judiciaires, Force Ouvrière Pénitentiaire, le SNEPS-PJJ/FSU, le Syndicat de la Magistrature et Solidaires Justice appellent l’ensemble des personnels de la justice à venir manifester le


mardi 19 octobre à Rouen
RENDEZ-VOUS à 10 heures AVENUE CHAMPLAIN
à proximité de la Mission Locale
Sous la banderole « Justice Mobilisée »


Dans les Services Judiciaires

Le ministère a beau se féliciter de l’augmentation du budget de la justice pour 2011, la France est au 35e rang des pays européens en la matière.
La situation humaine et matérielle dans les juridictions devient de plus en plus catastrophique et ne va aller qu’en empirant (carte judiciaire et délocalisation forcée des personnels, grand nombre de fonctionnaires et de magistrats partant à la retraite non remplacés, réformes statutaires et fusion des corps, réforme du régime indemnitaire...) et tout cela sans que le dialogue social prôné par le ministère n’ait réellement lieu.
Les réformes se succèdent mais sans réelle cohérence et surtout sans les moyens nécessaires et sans assurer la formation correspondante aux fonctionnaires et aux magistrats.
La course à la performance se fait désormais au détriment de la qualité du service public de la Justice. Faut-il ajouter à ces conditions en constante dégradation la perspective de nous faire travailler jusqu’à 67 ans ?

Dans l’Administration Pénitentiaire

Pour les personnels pénitentiaires, s’ajoutent aux retraites, les lourds contentieux concernant les salaires, l’emploi, la RGPP, le projet de loi des finances de 2011, ainsi que de nouvelles missions qui vont être confiées au personnel de surveillance sans moyens supplémentaires, et pourquoi pas à l’avenir le retrait du 1/5ième, .... !!!
La surpopulation pénale, les conditions d’incarcération en terme de salubrité et de dignité humaine (France condamnée chaque année par la Cour Européenne des Droits de l’Homme), le manque de moyens flagrants, l’idéologie de la tolérance zéro de la politique pénale, l’instrumentalisation de la politique pénale par le pouvoir exécutif…sont autant d’exemples du mépris de notre gouvernement à l’égard des personnes placées sous main de justice et des personnels pénitentiaires, victimes collatérales de cette idéologie anti-républicaine.

A la Protection Judiciaire de la Jeunesse

La RGPP continue à faire des dégâts : de nombreux hébergements éducatifs sont fermés, il en va de même pour les centres d’activité de jour. Les suppressions de postes dans tous les services et particulièrement dans les services administratifs entraînent une dégradation sans précédent des conditions de travail et une mutualisation des personnels avec une charge de travail qui s’accroît. La justice spécifique des mineurs est remise en cause, les politiques publiques et les mesures pénales concernant les mineurs se durcissent, la réponse éducative est de plus en plus remise en cause, au profit de réponse pénale répressive, de création de centres fermés. La mission éducative de la protection judiciaire de la jeunesse est en danger.


Mardi 19 octobre à Rouen
RENDEZ-VOUS à 10 heures AVENUE CHAMPLAIN
à proximité de la Mission Locale
Sous la banderole « Justice Mobilisée »

Plan du site | Infos légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page