Accueil > Communiqués > Nationaux > Mutinerie au CP AITON : Les semaines se suivent et se (...)

Mutinerie au CP AITON : Les semaines se suivent et se ressemblent !

lundi 17 octobre 2016  |   Version imprimable   |   Envoyer par courriel

Les semaines se suivent et elles se ressemblent dans les établissements pénitentiaires. Après les mutineries survenues à Poitiers et Valence, c’est au tour du CP AITON d’être le malheureux théâtre de faits de violences collectives.

Hier, dans l’après midi, une trentaine de détenus ont déclenché un mouvement de révolte collective en mettant le feu à des matelas et dégradant au passage différentes salles communes. Deux ailes d’hébergement du Centre de Détention ont été touchées par ces incendies et ces dégradations.

Heureusement, aucun blessé n’est à déplorer. Il aura fallu l’aide des ERIS pour mettre fin à cet incident.

Pour information, cet établissement avait déjà vécu des faits similaires le mois dernier lorsque neuf détenus avaient refusé de réintégrer après la promenade. Ils avaient alors dégradé un lavabo de la cour de promenade et mis le feu à des morceaux de papiers. Bis répétita donc…

La CGT Pénitentiaire souligne le sang froid et le professionnalisme des tous les agents intervenus sur les lieux de l’incident.

Et comme un éternel refrain, ces incidents survenus ce week-end mettent en exergue toutes les difficultés auxquelles sont confrontées nos collègues dans les structures pénitentiaires.

Comment exercer nos missions de service public dans de telles conditions ?

Face à la multiplication de ces faits, le constat est sans appel. Les réactions des autorités publiques ne peuvent plus attendre. Il est impératif que des décisions soient prises afin de renforcer efficacement en moyens humains les établissements pénitentiaires.

Pour ce faire, il est donc urgent que l’administration suspende la reprise des missions d’extractions judiciaires dans l’attente de combler toutes les vacances d’emplois sur les établissements et les PREJ déjà en activités et permettre ainsi un re-dispatching rapide des moyens existants sur le terrain.

Nos collègues sont à bout de souffle et ils attendent des réponses concrètes de la part de notre Administration et du Ministère, leurs garantissant enfin la possibilité d’exercer leurs missions dans de meilleures conditions.

Ils ne sont satisferont plus de quelques miettes !

Montreuil, le 17 Octobre 2016

Plan du site | Infos légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page