Accueil > Communiqués > NOUS REFUSONS DE PAYER LEUR CRISE !

NOUS REFUSONS DE PAYER LEUR CRISE !

vendredi 21 mai 2010  |   Version imprimable   |   Envoyer par courriel

D’autorité, la Ministre de la Justice a décidé de suspendre de leurs fonctions, Valérie DECROIX, directrice de l’ENAP et Isabelle GORCE, directrice interrégionale des services pénitentiaires de Bordeaux.

Quel délit ont-elles commis ? Elles ont diffusé à leurs directions locales respectives, les notes qu’elles ont prises lors de la récente réunion entre le Directeur de l’Administration Pénitentiaire et les directeurs interrégionaux. Ces notes faisaient état d’une difficulté rencontrée par l’administration pénitentiaire en ce qui concerne la masse salariale.

Mme DECROIX est donc mutée sur le Centre Pénitentiaire de Fresnes, Mme GORCE est placée « hors cadre ». Ces suspensions sont une première dans l’administration pénitentiaire. Cette décision autoritaire est emblématique : elle a pour but de mettre un peu plus le couvercle sur le droit d’expression, de sceller encore un peu plus la chape de plomb.

Sollicité par la CGT, le cabinet du garde des sceaux confirme que les intéressées sont suspendues de leurs fonctions, et confirme aussi les difficultés financières que rencontrerait l’administration pénitentiaire. Il indique être à la recherche de solutions, en précisant que les salaires et les primes ne seront pas touchés !

L’opacité entretenue sur les problèmes de budget de l’administration pénitentiaire est proprement ahurissante. Le jeu qui consiste à se renvoyer les responsabilités alors que les personnels risquent de payer l’addition est inacceptable.

A la CGT, nous pensons qu’il faudrait être naïf de considérer que l’état des finances de l’administration et du ministère relève d’une défaillance de gestion et/ou de prévision, tout comme il est particulièrement démagogique et illusoire de considérer que les solutions passent par le retrait de moyens pour les uns, afin de donner aux autres.

L’affaire est d’une toute autre ampleur, elle trouve ses racines dans la gestion de la crise actuelle, qui tombe à pic pour justifier les politiques de « rigueur » dont font les frais tous les salariés et les chômeurs de l’Union Européenne.

Cette crise qui se répercute dans tous les domaines, c’est celle du système capitaliste qui s’explique par une « dynamique » de récession probablement sans précédent depuis 1929, avec ses développements insupportables d’un véritable chômage de masse, d’un appauvrissement lié à la baisse du pouvoir d’achat, d’une véritable généralisation organisée de l’insécurité sociale à l’image des attaques contre le Statut de la Fonction Publique, les retraites…

Pour « rassurer les marchés financiers », on mobilise des centaines de milliards d’euros de fonds publics. Pour sauver les banquiers et les financiers, on organise la misère et on programme la destruction du service public : RGPP, restructurations, abandon des contractuels, suspension des primes, gel des salaires, casse des retraites, désengagement de l’action sociale,… partout en Europe, les gouvernements veulent appliquer les mêmes politiques libérales.

Et on voudrait nous faire croire que le problème financier dans l’administration pénitentiaire est conjoncturel et isolé ? Que les personnels ne seront pas inquiétés ? Ce sont uniquement les conséquences prévisibles de l’action du gouvernement et de la politique qu’il mène.

C’est ça que nous commençons à payer !

C’est à cause de cela aussi que la cgt avec d’autres organisations (unsa – solidaires – fsu – cfdt…) appellent à une grande journée de mobilisation unitaire :


Le jeudi 27 mai 2010

Ne croyez pas ceux qui vous diront que les pénitentiaires peuvent s’en sortir eux-mêmes, tout seul. Seul un raz de marée puissant permettra d’imposer d’autres choix, d’autres logiques financières.

Venez très nombreux dans les manifestations départementales !

Montreuil, le 21 mai 2010
Nous refusons de payer leur crise ! - PDF 96 ko Nous refusons de payer leur crise ! 21 mai 2010, PDF 96 ko
Plan du site | Infos légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page