Accueil > Communiqués > Nationaux > Nouveau rapport, Nouvelles interpellations sur les (...)

Nouveau rapport, Nouvelles interpellations sur les politiques pénales et pénitentiaires.

vendredi 21 novembre 2008  |   Version imprimable   |   Envoyer par courriel

Le commissaire aux droits de l’homme du Conseil de l’Europe, Thomas Hammarberg, a visité au mois de mai 2008 les prisons de Fresnes et de Meyzieu.

Il a rendu public son rapport le 20 janvier 2008 qui critique vivement les politiques pénitentiaires et pénales menées en France depuis de nombreuses années.

Déjà en 2006, le Commissaire invitait les autorités à accroître les moyens alloués aux prisons afin d’améliorer les conditions de vie des détenus.

Tout en reconnaissant, dans son rapport, que des efforts ont été entrepris par l’administration pénitentiaire concernant l’application des RPE (règles pénitentiaires européennes), il précise que ces dernières ne sont qu’une base minimum et que les conditions de vie restent inacceptables pour de nombreux détenus.

Dénonçant la surpopulation carcérale, le Commissaire explique qu’elle engendre automatiquement une carence en termes de surveillants, de travailleurs sociaux ou de personnels administratifs. Pour lui, l’urgence est dans la révision de la politique pénale et pénitentiaire avec plus d’alternatives à l’incarcération. Il met aussi l’accent sur les moyens de l’administration pénitentiaire et précise : « les travailleurs sociaux jouent un rôle de 1ère importance dans la réussite de la libération conditionnelle ainsi que la prévention de la récidive mais ils sont en sous-effectif flagrant ».


La CGT pénitentiaire ne cesse de dénoncer cette politique pénale ultra-répressive
qui consiste à multiplier les lois où les réponses carcérales sont priorisées pour tous les délits commis. Contre vents et marées, la ministre de la justice, fidèle à la ligne sarkozyste, continue à durcir le code pénal malgré tous les rapports émis par les instances internationales.

Nous espérons, malgré tout, qu’à force d’alertes et de multiples actions de sensibilisation, l’Etat français devienne responsable en appliquant les recommandations concernant les droits de l’homme. Les prisons françaises ne doivent plus faire honte, l’inacceptable n’est plus tolérable.

La CGT pénitentiaire continuera sans relâche à se battre pour une autre prison, une autre justice.

Montreuil, le 21 novembre 2008

Plan du site | Infos légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page