Accueil > Communiqués > Nationaux > Pénurie de personnels pénitentiaires, La galère continue (...)

Pénurie de personnels pénitentiaires, La galère continue !

lundi 27 septembre 2010  |   Version imprimable   |   Envoyer par courriel
PDF - 31.4 ko
Pénurie de personnels pénitentiaires, La galère continue !

Le projet de loi de finances pour 2011 sera présenté ce mercredi 29 septembre 2010 par la ministre de la justice, Michèle Alliot-Marie.

Le pire est à craindre puisque le gouvernement a déjà décidé de réduire de 10 % les dépenses de fonctionnement de l’Etat et de supprimer 100 000 postes supplémentaires de fonctionnaires entre 2011 et 2013.

Concernant plus précisément les personnels pénitentiaires, la pénurie ne cesse d’accroitre sans réponse du ministère :

- Bilan des 35 prisons auditées par l’administration : manque 305 personnels de surveillance (avec pourtant un organigramme toujours calculé sur 39 heures par semaine).
- Déficit budgétaire de l’administration sur le chapitre « masse salariale » qui génère un retard des nouvelles recrues, un raccourcissement des formations, une volonté de faire baisser les heures de travail au détriment des missions à remplir (les heures supplémentaires effectuées ont progressé de 29% entre 2008 et 2009, elles continuent à augmenter entre 2009 et 2010).
- Ouverture des postes pour la mobilité des personnels de surveillance insuffisante au regard des besoins dans les établissements et des départs à la retraite.
- Révision de la carte pénitentiaire avec la fermeture de petits établissements pour l’ouverture de grosses usines carcérales avec une compression des effectifs de personnels par rapport au nombre de détenus.
- Augmentation du parc pénitentiaire sans recrutement suffisant : Pour exemple, Réau qui ouvre en 2011 va fonctionner avec très peu d’agents (1 seul agent dans les postes de sécurité, et dans les coursives de 60 cellules).
- Augmentation de la charge de travail pour les personnels de surveillance dans les SPIP avec le développement des bracelets électroniques (+ 30,8% de bracelets fixes entre 2009 et 2010).
- Surcharge de travail pour les travailleurs sociaux et personnels administratifs dans les SPIP : en 1 an entre 2009 et 2010, les personnes écrouées non hébergées ont augmentées de 30,2% et les aménagements de peine de 22,6%.

Au fur et à mesure que les nouveaux établissements ouvrent, que les missions se multiplient, que le nombre de personnes suivies par la pénitentiaire augmente, le manque d’effectifs est flagrant, les heures supplémentaires se multiplient et les postes de travail ne sont plus couverts correctement.
Cette politique qui vise à mener des réformes à marche forcée (RGPP, révision de la carte pénitentiaire, fusion des corps..) sans jamais évaluer le bien fondé de ces mesures doit cesser rapidement.

La CGT pénitentiaire ne cessera de dénoncer la détérioration des conditions de travail des personnels et les restrictions budgétaires injustifiées.

Montreuil le 27 septembre 2010

Plan du site | Infos légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page