Accueil > Communiqués > Nationaux > Plateformes Interrégionales (PFI), Nouvelle version

Plateformes Interrégionales (PFI), Nouvelle version

vendredi 21 octobre 2011  |   Version imprimable   |   Envoyer par courriel

A quelques jours de la mise en oeuvre des PFI, et 10 jours après une réunion d’information, un nouveau projet vient de naître au secrétariat général, toujours avec la même opacité. Les agents, dont certains doivent intégrer les PFI dès décembre, n’ont quant à eux toujours aucune information officielle. Les organisations syndicales n’ont que les documents qu’elles réussissent à arracher (pour certaines) ou à obtenir dans les alcôves pour d’autres.

Les quelques points nouveaux :

- les agents Chorus de la DSJ n’intégreront pas les PFI. Les services judiciaires ont gagné et les chefs de cour gardent leur main mise sur le budget.

- les agents administratifs de l’AP seront, dans un premier temps, mis à disposition et conserveront de fait leur statut.

Combien de temps durera cette mise à disposition ? De façon certaine, au moins le temps de mettre la machine sur les rails puisque sans ces agents cette mise en place des PFI n’est pas faisable ! Pour qui ? Uniquement pour la première vague d’agents intégrant les PFI. Pour les autres, les collègues qui pourraient demain intégrer ces PFI ? Rien, ils seront sacrifiés, l’administration justifiant leur baisse de salaire sous prétexte de l’égalité de traitement.


La CGT appelle depuis la création des corps communs à une égalité de traitement des agents, mais sur la base du mieux disant, c’est à dire en se basant sur les régimes indemnitaires de l’Administration Pénitentiaire.

Il est à noter également que « l’affectation entrante ou sortante d’une PFI vers un autre service du MJL se
fera par voie de mutation classique en CAP ». Dès lors tous les postes ouverts sur les PFI auraient déjà du
faire l’objet d’une publication afin de pouvoir être pourvus lors de leur création !

De même, l’application simple du principe de volontariat, affiché par l’administration, est totalement
vidée de son sens par :

- l’absence totale d’information des agents, y compris pour les plus concernés ;

- la non communication des postes à pouvoir.

- la quasi impossibilité qui leur est faite de ne pas intégrer ces PFI, puisque c’est toujours à l’agent de se chercher une nouvelle affectation en cas de refus d’intégrer une PFI.


Nous rappelons à tous qu’hors demande de mutation ils seront désignés d’office.

La gestion de ce dossier continue à se faire au gré des pressions, qu’elles soient politiques, directoriales ou judiciaires, voire même sous la pression des élections prochaines. Elle ne tient pas plus aujourd’hui qu’hier compte des réalités, ni des règles statutaires. Les personnels pourront commencer à crier « victoire » quand ils seront entendus, et qu’ils disposeront des informations officielles leur permettant de faire des choix en toute connaissance de cause. Pour la CGT, c’est par la mobilisation que les agents obtiendront de vraies avancées, comme le recul du Secrétariat Général sur le projet initial d’implantation de la PFI du Nord à Amiens plutôt que Lille.

Le temps n’est pas à la résignation. Ce qui a été rendu possible pour la DSJ doit l’être pour l’AP et la DPJJ. Les PFI, qui préfigurent la restructuration à venir du service public, ne sont pas justifiées. Ce projet doit purement et simplement être retiré.

Plan du site | Infos légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page