Accueil > Communiqués > Nationaux > Prisons de mineurs : Théâtre de plusieurs faits de (...)

Prisons de mineurs : Théâtre de plusieurs faits de violence

lundi 9 mai 2011  |   Version imprimable   |   Envoyer par courriel
PDF - 29.1 ko
Prisons de mineurs : Théâtre de plusieurs faits de violence

A nouveau, un établissement pour mineurs (EPM) a été le théâtre de graves faits de violence.

Après l’EPM de Meyzieu et de Marseille où il y a eu des prises d’otage de personnels, l’EPM de Lavaur a connu un week-end particulièrement houleux.
Une cuisinière a été agressée, les personnels insultés et menacés et des cellules ont été saccagées.
Face à la situation très critique, l’administration a fait appel aux ERIS pour une intervention au sein de cet établissement.

La CGT pénitentiaire alerte à nouveau les autorités pénitentiaires et ministérielles sur les problématiques extrêmement sérieuses et préoccupantes constatées au sein des EPM.

Un courrier de la CGT pénitentiaire et de la CGT PJJ est adressé au ministre de la justice pour convenir d’un rendez vous afin d’aborder le sujet pour remédier, dans l’urgence, au climat explosif des EPM et à la mise en danger des professionnels.

Les personnels sont trop souvent victimes de violences signe de dysfonctionnements qui ne doivent pas continuer.
Leur intégrité physique n’est plus assurée dans les conditions actuelles très dégradées. Ils ne cessent pourtant de les dénoncer en se mobilisant.

D’ores et déjà, le directeur de l’administration s’est engagé à mettre en place des réunions avec les syndicats sur l’organisation des EPM. Prenant appui sur le rapport des inspections des services pénitentiaires et de la protection judiciaire de la jeunesse relatif aux violences à l’encontre des personnels en EPM, le directeur a reconnu qu’il y avait urgence à remettre à plat le fonctionnement des EPM. 

Dans ce rapport remis au DAP en novembre 2010, Une dizaine de recommandations a été émise par l’ISP et l’ISPJJ, allant du renforcement de la cohésion des équipes aux réponses disciplinaires ou au développement des aménagements de peine pour les mineurs.

Cet énième rapport sur les prisons ne doit pas rester dans les placards, l’administration ne doit pas attendre le drame de trop.

Aussi la CGT pénitentiaire exige l’ouverture d’un dialogue sur le fonctionnement des EPM et la prise en charge des mineurs et revendique des actes concrets très rapides du ministère en vue d’apaiser le climat et de protéger les personnels intervenant dans les EPM (renforcement des équipes de personnels, effectifs des mineurs revus à la baisse, prise en compte des revendications locales des syndicats…).

Montreuil, le 9 mai 2011

Plan du site | Infos légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page