Accueil > Communiqués > Nationaux > Référentiel métier des personnels de surveillance

Référentiel métier des personnels de surveillance

jeudi 8 décembre 2011  |   Version imprimable   |   Envoyer par courriel

La CGT pénitentiaire a été conviée à la présentation du nouveau référentiel métier des personnels de surveillance. Ces fiches fonction ont été élaborées en concertation avec les syndicats FO et UFAP dans le cadre du comité de suivi de la réforme statutaire signée en 2006, et par un groupe de travail de l’ENAP.
Ce référentiel comprend une fiche emploi du surveillant pénitentiaire, 25 fiches fonction types (agent de surveillance parloir, d’unité de vie, de greffe, de quartier arrivant…) et 70 domaines d’activité (effectuer les contrôles de sureté, participer aux réunions disciplinaires, assurer les distributions…).

La fiche fonction comprend le descriptif des missions, l’autonomie et responsabilité requises, les conditions d’exercice, les conditions d’accès, le référentiel qualité RPE, les postes concernés, le guide de référence opérationnelle, les domaines d’activités et les compétences nécessaires. Ces fiches correspondent à un regroupement de domaines d’activités permettant d’identifier un champ de technicité spécifique et servent de matrice pour l’élaboration des fiches de poste.

Si le référentiel de 1998 avait besoin de toilettage, la CGT pénitentiaire regrette que ce travail se soit effectué dans un cadre réduit, prenant appui sur une réforme statutaire peu ambitieuse et très éloignée des besoins du terrain. D’ailleurs, dans ce nouveau référentiel de métier, le surveillant et le brigadier ont les mêmes possibilités d’assurer les 25 fonctions déterminées. Quels que soient les compétences requises ou le degré de responsabilité, l’accès à la fonction est ouvert aux 2 grades. Cela démontre que l’administration n’a pas réussi à donner un contenu à la multiplication des grades de la réforme de 2006, ce qui ne nous étonne pas puisque nos missions ne justifient en rien 4 grades dans le corps d’encadrement et d’application. La CGT pénitentiaire est à nouveau confortée dans ses positions : une diminution du nombre de grades s’impose ainsi qu’une évolution statutaire de la catégorie C à B pour les surveillants et brigadiers.

L’administration nous a aussi indiqué qu’elle travaillait depuis 1 an, en lien avec le nouveau référentiel métier, à une remise à plat de la formation des surveillants.
La nouvelle formation sera expérimentée à partir de septembre 2012, et concernera la 183eme promotion de surveillants. L’expérience se déroulera sur 3 ans et pourrait être généralisée aux autres catégories de professionnels.
Elle se déclinera en séquences et modules professionnels à valider par unités capitalisables en contrôle continu. Il y aura des unités capitalisables spécialisées (U.C.S) et des transversales (U.C.T). Tout le cursus de la formation sera contenu dans un livret électronique qui suivra l’agent tout le long de sa carrière. Ce nouveau concept n’est pas finalisé et reste à être peaufiné.

Suite aux résultats des élections et à la rénovation du dialogue social actée dans la fonction publique, l’administration commence à informer la CGT pénitentiaire sur des sujets jusqu’ici réservés aux habituels signataires de réformes. Le progrès est léger mais est à souligner. Il sera significatif lorsqu’il sera question de véritables concertations et négociations et ce pour tous les corps de l’administration pénitentiaire.

La CGT PENITENTIAIRE est aussi une force de propositions et d’action.

Montreuil, le 8 novembre 2011

Plan du site | Infos légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page