Accueil > Communiqués > Nationaux > Refonte des grades : La CGT avait raison en 2013 (...)

Refonte des grades : La CGT avait raison en 2013 !!!

lundi 3 avril 2017  |   Version imprimable   |   Envoyer par courriel

Si la vie syndicale est ponctuée de positions dont la portée impacte durablement le quotidien et le devenir d’une profession, la responsabilité diluée sur l’ensemble des acteurs de la représentation syndicale est encore plus significative pour celui dont la posture majoritaire devrait autoriser les ambitions les plus audacieuses.

Alors que l’UFAP se complait à truster le dialogue social, l’hégémonie du puissant syndicat majoritaire, se borne à ratifier en catimini une réforme statutaire indigne, bafouant les intérêts des personnels qu’elle se gargarise de représenter mieux que quiconque.

Réduit à quelques courbettes insipides, à l’adresse d’une administration exclusivement intéressée par la revalorisation d’un corps de direction avide d’une catégorie A+, l’UFAP cautionne la basse manœuvre et trahit l’ensemble du corps de personnel de surveillance.

Alors que crèvent dans l’indifférence la plus totale les agents de coursive, la complaisance du syndicat majoritaire associée à l’administration les mène à structurer une catégorie B réservée à 1400 Premiers Surveillants et Majors dont la promotion n’a de finalité que celle de légitimer la catégorie A+ convoitée par les patrons.

Si la reconnaissance et la revalorisation des personnels de surveillance sont une évolution aussi nécessaire que légitime, bien avant que le corporatiste SPS ne s’approprie la revendication, la CGT persiste à porter depuis plus de 10 ans la catégorie B pour les surveillants.

Lourde sera la responsabilité de ceux qui après s’être fourvoyés une première fois lors de la structuration des grades de brigadier et la surenchère d’officiers promus lieutenants, capitaines et commandants condamnent les personnels à la stagnation.

Des nouvelles missions pénitentiaires à la professionnalisation de nos fonctions jusqu’aux statuts actuels des autres forces de sécurité publique que sont les policiers et gendarmes, si tout exhorte à revendiquer plus que jamais la catégorie B à l’adresse de l’ensemble des personnels de surveillance, l’UFAP n’imagine l’évidence qu’à destination de quelques élites.

Résolument avilissant, le résonnement désordonné s’égare à concevoir la subtile nuance existant entre les premiers surveillants et les majors de quart en opposition à ceux qui restent adjoints de bâtiments ou responsables de service !!!
Concevoir qu’il n’y ait que ces derniers à mériter une gratification en B tient du scandale.

Pour la CGT Pénitentiaire, il est hors de question d’apprécier, encore moins de graduer la qualité des personnels en fonction des postes qu’ils occupent.

L’indéniable mérite des obscurs, qu’ils soient Premiers Surveillants, Majors ou Surveillants dont le quotidien aujourd’hui insupportable de la coursive est aussi sous estimé que banalisé, devrait inviter au respect là où la réforme signée par l’UFAP dénigre et stigmatise des personnels résolument dévolus aux basses besognes.

Opposée en son temps à toute idée de fusion, l’absurde prolifération de grade, sans fondement, ni épaisseur, s’impose aujourd’hui naturellement et contraint l’UFAP à se renier en revisitant la structure d’un corps de commandement recentré sur les seuls « capitaines et commandants ».

Que de temps et d’énergie inutilement dilapidés au profit de tâtonnements hasardeux sans aucune incidence sur une détention toujours aussi délabrée, résolument sacrifiée aux bénéfices sonnants et trébuchants de quelques cadres exclusifs objectivement étoffés de 1400 nouveaux gagnants.

Les surveillants en ont marre d’être toujours les dindons de la farce de réformes qui ne profitent qu’à une caste pénitentiaire.

Si les personnels veulent de réelles augmentations salariales, de meilleures conditions de travail, la catégorie B pour le corps d’encadrement et d’application avec la fusion des grades surveillants/brigadiers et premier surveillants/majors, il va être temps de changer la donne !

Avec la CGT, donnons de la force à nos métiers !

Exigeons la catégorie B pour l’ensemble du corps d’encadrement et d’application !

Montreuil, le 3 Avril 2017

Plan du site | Infos légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page