Accueil > Communiqués > Réforme statutaire : CTAP La CGT claque la porte…

Réforme statutaire : CTAP La CGT claque la porte…

mardi 5 novembre 2013  |   Version imprimable   |   Envoyer par courriel

La CGT Pénitentiaire s’est rendue ce matin au Comité Technique de l’Administration Pénitentiaire avec l’ensemble des organisations syndicales représentatives, ayant comme unique ordre du jour le statut des personnels de surveillance.

La CGT Pénitentiaire en préambule a dénoncé la manière dont l’Administration Pénitentiaire méprise les personnels et les représentants syndicaux.

La CGT Pénitentiaire a dénoncé le report précipité du CTAP boycotté par la CGT et FO. C’est une méthode scandaleuse et non innocente. Pourquoi cette précipitation ?

Quelle est l’urgence pour l’administration pénitentiaire à mettre en place une réforme minimaliste signée par l’UFAP alors que des négociations sont en cours dans la fonction publique ? Pourquoi tant de précipitation alors que les accords sur la catégorie C peuvent être plus avantageux. En effet, l’administration pénitentiaire devance l’issue de la réforme de la catégorie C sur un scenario le moins favorable possible pour les personnels.

En vérité, « il faut aboutir rapidement avant le Comité Technique Ministériel du 21 novembre prochain » dixit la Directrice de l’Administration Pénitentiaire, comité technique qui est le seul à devoir donner son avis sur le décret statutaire.

La CGT Pénitentiaire a réaffirmé son positionnement en indiquant : au vu des négociations en cours dans la fonction publique sur la catégorie C, l’administration pénitentiaire est contrainte de revoir les grilles indiciaires du corps d’encadrement et d’application. Pour la CGT, le protocole signé est caduc et il n’y pas d’autre issue que de rouvrir les négociations à la hauteur des attentes légitimes des personnels.

Pour rappel, lors de la négociation du protocole, l’administration devait chiffrer la fusion des grades, surveillants / brigadiers, premiers surveillants / majors qui aurait été une réelle avancée pour les agents sur la coursive.

Si l’idée qui vise à dire que l’enveloppe de plus de vingt Millions d’euros prévue pour cette réforme est à prendre ou à laisser est fausse. L’administration est dans l’obligation de revoir la grille indiciaire des personnels du Corps d’Encadrement et d’Application. Cette enveloppe appartient aux personnels de surveillance !!!

La directrice refuse catégoriquement la réouverture des négociations statutaires des personnels de surveillance.

Devant ce refus, la CGT Pénitentiaire et FO claquent la porte.

D’ores et déjà la CGT Pénitentiaire a demandé une audience urgente à la Ministre Mme TAUBIRA afin qu’elle puisse être la garante du respect du droit dans notre Administration.

Une vraie réforme, plus ambitieuse et à la hauteur des attentes légitimes des personnels de surveillance est possible !!!

Montreuil, le 05 novembre 2013

 - PDF 183.1 ko 5 novembre 2013, PDF 183.1 ko
Plan du site | Infos légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page