Accueil > Communiqués > Nationaux > Régime sec ou grec : L’austérité est annoncée !

Régime sec ou grec : L’austérité est annoncée !

mercredi 30 juin 2010  |   Version imprimable   |   Envoyer par courriel
PDF - 30.5 ko
Régime sec ou grec : L’austérité est annoncée !

150 nouvelles mesures de réduction des dépenses publiques sont discutées, aujourd’hui, en conseil des ministres.

Parmi les mesures, la réduction de 10% des dépenses de fonctionnement de l’Etat sera à l’ordre du jour et se traduira par la suppression de 100 000 postes supplémentaires de fonctionnaires entre 2011 et 2013.

Outre les diminutions de recrutement, les fonctionnaires devront encore consentir à de nouveaux sacrifices.
Pourtant déjà très lésés par un pouvoir d’achat sans cesse en baisse, nous devrons aussi subir le gel des salaires pendant au moins 3 ans…

C’est ainsi que la poursuite de la révision générale des politiques publiques (RGPP) est annoncée par le président de la république : engagement d’un plan quinquennal de 150 fusions de corps, suppression de structures « inutiles », mutualisation des services…

Concernant l’administration pénitentiaire, les mesures déjà prises vont donc être amplifiées ou étendues :

  • mutualisations de services ou d’établissements ;
  • fermeture des SPIP et petites prisons ;
  • privatisation des services ;
  • fusion des corps ;
  • suppression de postes de travail ;
  • diminution des heures supplémentaires sans recrutement ;
  • non paiement des primes ;
  • aggravation de la pénibilité des services de travail….

Et le ministère de la justice s’échine toujours à vouloir nous faire croire que les économies réalisées sur le budget de la masse salariale n’est qu’une conséquence d’une mauvaise gestion de l’administration pénitentiaire.
La volonté de toujours moins payer les personnels tout en les contraignant à un travail de plus en plus difficile et de plus en plus intense est bien une commande politique du plus haut niveau.
Si certains se plaisent à croire les élucubrations de nos technocrates, l’annonce actuelle du plan d’austérité à l’égard des fonctionnaires devrait définitivement éclairer les plus crédules.

Ces nouvelles restrictions budgétaires auront de graves conséquences sur nos conditions de travail, sur la qualité du service public.

La CGT pénitentiaire, soucieuse de l’environnement professionnel, ne cessera de revendiquer des améliorations en terme de formation, de recrutement, de salaires, d’accomplissement des missions, et ce, dans l’intérêt général.

La reprise économique ne passera pas par l’austérité mais par le déploiement d’un service public capable de répondre aux besoins de la population.

Montreuil, le 30 juin 2010

Plan du site | Infos légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page