Accueil > Communiqués > Nationaux > Rencontre de l’unité syndicale : UFAP-UNSa Justice, CGT (...)

Rencontre de l’unité syndicale : UFAP-UNSa Justice, CGT Pénitentiaire, SNPFO Personnels de Surveillance et SNJFO Personnels Administratifs

jeudi 3 septembre 2015  |   Version imprimable   |   Envoyer par courriel

Les syndicats UFAP-UNSa Justice, SNPFO Personnels de Surveillance, SNJFO Personnels Administratifs et CGT Pénitentiaire, représentant 86% des personnels, se sont réunis à Paris ce jour.

La situation pénitentiaire est catastrophique. Les politiques d’austérité budgétaire menées n’ont jamais atteint un tel niveau. Cela se répercute irrémédiablement sur les moyens pour exercer les missions publiques : L’emploi est en deçà du minimum requis pour travailler convenablement et en toute sécurité, entraînant la profusion de services en mode dégradé, des charges de travail démentes, des rythmes de travail infernaux avec des rappels incessants, de l’insécurité journalière, des conditions de travail de plus en plus difficiles, une santé des collègues fragilisée, des risques psychosociaux omniprésents et croissants, des vies de famille contrariées, etc.…

Face à ces constats intolérables, l’unité syndicale dénonce la politique de délabrement menée par la Ministre de la Justice et la Directrice de l’AP ainsi que leur incurie à apporter une réponse à ces questions.

Les personnels pénitentiaires de tous corps ne sauraient être la variable d’ajustement d’une politique qui méprise leur quotidien et les met en difficulté dans l’exercice de leurs missions.

Face à ces enjeux, l’unité syndicale dit STOP !

Par leur autoritarisme quant à la conduite du dialogue social, nos dirigeants ont éteint tous les outils d’espaces de discussion.

La seule réponse c’est l’action !

L’unité syndicale exige :

- La résorption des emplois vacants afin de mettre un terme immédiat à tout type de mode dégradé et la révision (ou la création) des organigrammes afin de répondre aux nécessités des missions actuelles et nouvelles.

- L’arrêt immédiat de la mise en danger permanente des personnels et l’ouverture d’une négociation sur les questions d’hygiène, de sécurité et de conditions de travail mais également de médecine de prévention pour les personnels (Souffrance au travail, agressions / prises d’otages, fatigue accrue, burnout, tentatives et suicides, etc…).

- Retour immédiat de l’autorité des personnels en détention par une remise à plat des conditions d’exercice des missions de sécurité garantes de l’intégrité des personnels et du fonctionnement des établissements.

- Un véritable dialogue social, le respect à l’égard des personnels et des droits syndicaux.

- L’ouverture d’une renégociation du statut de l’ENAP et de son fonctionnement.

- L’ouverture d’une négociation sur la revalorisation indemnitaire (ISS, ICP, primes et indemnités, astreintes...) et le rejet du nouveau dispositif RIFSEEP.

A l’aune de la présentation budgétaire, l’unité syndicale prendra ses responsabilités si d’ici là, aucune réponse correspondant aux attentes que dicte l’urgence ne nous est proposée.

Paris le 3 septembre 2015

Plan du site | Infos légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page