Accueil > Communiqués > Nationaux > Réserve civile : Et nos jeunes qui n’ont pas de boulot (...)

Réserve civile : Et nos jeunes qui n’ont pas de boulot ?

mardi 20 avril 2010  |   Version imprimable   |   Envoyer par courriel

L’administration pénitentiaire a présenté récemment aux organisations syndicales le projet de décret fixant les modalités de mise en œuvre de la réserve civile pour les personnels pénitentiaires.

D’un point de vue technique, le mécanisme est simple : cette réserve est à destination des retraités de l’administration pénitentiaire qui n’ont pas atteint 65 ans, le contrat est d’un an, renouvelable 5 fois. Les réservistes perçoivent une rémunération, une indemnité et le défraiement des déplacements selon des barèmes encore inconnus.

Pour l’administration, les missions retenues sont des « missions de formation des personnels, d’étude ou de coopération internationale » mais aussi être en « charge d’assister les personnels des SPIP dans l’exercice de leurs fonctions de probation. »

S’il ne fait aucun doute que nombre de collègues se positionneront sur la réserve civile, il y a de quoi être estomaqué, voir écoeuré par un pays qui ne remplace plus qu’un fonctionnaire sur deux, donc laisse ses jeunes sur le carreau tout en faisant appel à des retraités.

Quel sens a un tel mécanisme à l’heure de la réforme des retraites alors que chacun sait qu’une des solutions pour équilibrer nos régimes passe par des créations d’emplois stables ?
Quel retour en arrière en matière d’acquis sociaux ! La réserve civile acte la fin de la reconnaissance de la pénibilité de nos métiers et acte donc une fragilisation de nos droits actuels en matière de départ anticipé à la retraite.

Quel pitoyable stratagème développé pour injecter des personnels « bon marché » d’un autre type sur des missions que beaucoup de collègues fuient et sur des fonctions dans les SPIP, que les personnels rejettent tant elles impriment une autre façon d’appréhender le travail dans ces services.
Quelle honte de profiter de retraités, souvent usés par la pénibilité du travail mais contraints de continuer à exercer un travail car bénéficiaires de pensions misérables !

Et pendant ce temps là, tout va bien, le CAC 40 est sorti de la crise.

La CGT refuse de cautionner un tel système qui participe à laisser nos jeunes sans emploi, à revenir sur le cadre actif et la bonification du 1/5 arrachés grâce à de fortes mobilisations des personnels.

La CGT pénitentiaire revendique des recrutements supplémentaires, l’augmentation des pensions et la reconnaissance de la pénibilité du travail des personnels pénitentiaires.

Aussi, la CGT pénitentiaire appelle les personnels à participer à toutes les mobilisations prévues pour la sauvegarde de notre système de retraite par répartition, pour la reconnaissance du cadre actif, pour une retraite digne et valorisée.

Montreuil, le 20 avril 2010

Plan du site | Infos légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page