Accueil > Communiqués > Nationaux > Réserve civile : Le plan d’urgence de la justice (...)

Réserve civile : Le plan d’urgence de la justice ?

mardi 22 mars 2011  |   Version imprimable   |   Envoyer par courriel
PDF - 24.7 ko
Réserve civile : Le plan d’urgence de la justice ?

Pour rappel, d’un point de vue technique, le mécanisme de la réserve civile est simple : elle est à destination des retraités de l’administration pénitentiaire qui n’ont pas atteint 65 ans et qui sont dégagés depuis moins 5 ans de leurs liens avec le service. Le contrat est d’un an, renouvelable dans la limite de 5 ans. Les réservistes perçoivent, en rémunération des missions qui leur sont assignées, une indemnité et le défraiement des déplacements selon des barèmes définis par arrêté du ministre de la justice et du ministre du budget.
Pour l’administration, les missions retenues sont des « missions de formation des personnels, d’étude ou de coopération internationale » mais aussi être en « charge d’assister les personnels des SPIP dans l’exercice de leurs fonctions de probation. »

Depuis quelques jours, un courrier de l’administration pénitentiaire à destination des personnels retraités est en cours de distribution.
Le ministère organise, dans la précipitation et dans l’improvisation la plus totale (la circulaire d’application n’est toujours pas prête) un « plan d’urgence fumeux » :le recrutement de réservistes, notamment pour renforcer les SPIP.

Si le Président de la République a, involontairement, mis en lumière la misère de la Justice française organisée par lui-même, s’il a eu des propos imprudents, irresponsables et arrogants à l’encontre des professionnels de la Justice et de la Police suite à l’affaire de « Pornic », son silence complice après la remise des rapports d’inspection a été particulièrement inacceptable et révélateur d’un mépris total.
Par le biais de son servile ministre de la justice, il nous a finalement rappelé qu’il n’était pas prêt à octroyer de réels nouveaux moyens à la Justice, hormis quelques financements pour la réserve civile et l’embauche provisoire de contractuels.

Aussi, la réserve civile est bien un pitoyable stratagème développé pour injecter des personnels « bon marché » sur des missions qui devraient être remplies par des fonctionnaires titulaires.
Quelle honte de profiter de retraités, souvent usés par la pénibilité du travail mais contraints de continuer à exercer un travail car bénéficiaires de pensions misérables !
Quelle honte de faire croire que les personnels sont interchangeables et que les missions des SPIP ou de formation peuvent être remplies sans compétences particulières !

Quel retour en arrière en matière d’acquis sociaux ! La réserve civile acte la fin de la reconnaissance de la pénibilité de nos métiers et donc une fragilisation de nos droits actuels en matière de départ anticipé à la retraite.

La CGT refuse de cautionner un tel système qui participe à laisser les jeunes sans emploi, à revenir sur le cadre actif et la bonification du 1/5 arrachés grâce à de fortes mobilisations des personnels.

La CGT pénitentiaire appelle les personnels à participer à la manifestation nationale du 29 mars prévue pour l’exigence d’un réel plan d’urgence pour la justice qui consisterait, pour l’administration pénitentiaire, à recruter massivement des personnels administratifs, de surveillance, techniques et des travailleurs sociaux.

Montreuil, le 22 mars 2011

Plan du site | Infos légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page