Accueil > Communiqués > Nationaux > SPIP : Les PA en ont assez d’être ballottés !

SPIP :
Les PA en ont assez d’être ballottés !

jeudi 6 juin 2013  |   Version imprimable   |   Envoyer par courriel

Les SPIP, la politique de réinsertion et la prise en charge des PPSMJ font l’objet de grands et beaux discours.

Pour autant, derrière cet affichage, la situation des personnels travaillant dans ces structures devient de plus en plus difficile.

La CGT Pénitentiaire a très souvent dénoncé le manque de personnel administratif dans les SPIP.

Etre PA dans un SPIP aujourd’hui c’est très souvent :

- être isolé

- avoir une fiche de poste qui va de l’accueil au secrétariat de direction en passant par l’économat et la gestion RH, à laquelle il faut ajouter une dose de travail et surtout de responsabilité de greffier !

- être chargé du café, de l’approvisionnement en papier, du remplacement des ampoules, de la gestion des salles et des véhicules, du standard, des photocopies, …et de l’arrosage des plantes !

Comme ce n’était sans doute pas suffisant, l’agent d’accueil devrait également se voir chargé prochainement de la vidéosurveillance du site.

Ces agents sont donc à la fois secrétaire, comptable, économe, gestionnaire RH, greffier, agent d’accueil et agent de sécurité.
Ils ont prouvé leur capacités d’adaptation ; il est bien normal également des tester leur mobilité !

Ainsi, il devient d’usage d’exiger que ces agents effectuent les remplacements entre Milieu Ouvert et Milieu Fermé dès qu’un besoin se fait trop visible !

Ces deux structures dépendant d’une même direction et étant implantées dans une même zone géographique administrative, quoi de plus naturel !

Seule une lecture administrative caricaturale limiterait le champ de compétence d’un agent à son affectation !
Et comme il s’agit ici simplement d’efficience et d’intelligence, inutile de perdre un temps précieux en paperasserie inutiles ! Fi donc des ordres de mission !

Il sera toujours temps de régulariser si un accident de travail ou de trajet survient …

Il sera toujours temps également de refuser des frais de déplacement à ces agents : après tout ils restent sur la même zone géographique non ?

On pourrait aussi relever, avec un peu de mauvaise foi, que les personnels administratifs des antennes SPIP des nouveaux établissements sont à nouveau intégrés dans l’organigramme des établissements !

Erreur ou lenteur administrative, manque surtout de transversalité entre deux services de la DAP, une fois de plus, ce sont ces agents qui en font les frais !

D’ailleurs, à quand un organigramme pour l’ensemble des structures et des personnels de la DAP ?

A quand également une transparence sur la budgétisation des postes par structure également ?

Il est plus que temps que cesse ce discours paradoxal qui veut à la fois nous exclure de toute reconnaissance, et même simplement de toute prise en compte puisque corps communs n’exerçant pas dans ce qu’il est tendance d’appeler « le cœur du métier », mais ce discours qui en appelle à notre professionnalisme pour nous soumettre à toutes les contraintes.

Notre administration a fait le choix de sacrifier, sans aucun état d’âme, les personnels administratifs sur l’autel de la Révision Générale des Politiques Publiques et de la Modernisation de l’Action Publique.
Il lui faut maintenant assumer les dysfonctionnements que ça génère au quotidien dans l’ensemble de ses structures, les antennes SPIP en étant de par leur taille les premières victimes.

Les postes de personnels administratifs dans les SPIP sont déjà bien trop souvent occupés par des agents contractuels, faute de candidature, faute également d’ouverture de poste aux différentes CAP de mobilité.

Gageons que ces pratiques managériales ne vont certainement pas améliorer la situation.

Choisir, en qualité de personnel administratif, de travailler dans un SPIP relève de plus en plus de la vocation.

Montreuil, le 06 juin 2013

Plan du site | Infos légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page