Accueil > Communiqués > Nationaux > Service Nationa des Transferts Actes de désespoir du (...)

Service Nationa des Transferts Actes de désespoir du personnel

jeudi 12 janvier 2017  |   Version imprimable   |   Envoyer par courriel

C’est avec tristesse que nous apprenons ce jour, qu’un de nos collègues du service des transferts s’est scarifié sur son lieu de travail.

Cet acte fait suite à un harcèlement moral à son encontre produit par ses supérieurs hiérarchiques à la suite d’un triste et regrettable incident imputable à sa hiérarchie.

Notre collègue s’est vu reprocher par sa hiérarchie de ne pas avoir effectué un acte illégal mais aussi et surtout contraire aux règles qui régissent ses missions et sa fonction.

Lors d’un vol retour, justifié par un transfert d’une personne détenue, notre collègue accompagne un individu. Cet individu se présente à l’aéroport avec quatre bagages alors que la compagnie aérienne lui donne le droit de voyager avec qu’un seul bagage. Notre collègue tente de négocier avec cette compagnie afin que la personne détenue puisse voyager avec ses quatre bagages. La compagnie refuse la prise en charge du détenu, ce qui entraine l’annulation du transfèrement.

Pour ne pas avoir su enfreindre les règles encadrant sa mission, notre collègue, s’est vu remettre une demande d’explication par ses supérieurs au sujet de cet incident. Il a simplement voulu assurer sa mission de transfert en respectant les prérogatives qui lui sont siennes.

Suite à cette demande d’explication, à laquelle il a répondu, mais également aux conditions de travail dégradantes et à une politique de direction humiliante, notre collègue, a commis ce geste de détresse dans les locaux de son service.

Cette situation aurait pu être évitée si l’administration était sortie de son autisme après nos nombreuses interpellations écrites qui avaient toutes comme seul objet d’alerter sur l’état de fonctionnement du SNT.

La CGT PENITENTIAIRE dénonce et condamne le comportement des supérieurs hiérarchiques de notre collègue injustement incriminé sur cet incident et demande que toutes les dispositions soient prises pour soutenir notre collègue.

Nous n’acceptons pas et condamnons les premières explications de la direction visant à expliquer ce geste par une accumulation de facteurs extérieurs (psychologique, familiale…) mais surtout pas de lien avec sa profession. Cette méthode scandaleuse reflète l’intérêt et la reconnaissance portée aux personnels.

La CGT PENITENTIARE souhaite un prompt rétablissement à notre collègue et témoigne à sa famille son soutien le plus sincère et respectueux.

Fresnes, le 11 janvier 2017 le bureau régional

Plan du site | Infos légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page