Accueil > Communiqués > Nationaux > Surenchère pénitentiaire : le désastre !

Surenchère pénitentiaire : le désastre !

vendredi 15 avril 2011  |   Version imprimable   |   Envoyer par courriel
PDF - 30.4 ko
Surenchère pénitentiaire : le désastre !

Entre le 1er octobre 2010 (60 142 personnes incarcérées) et le premier avril 2011 (64 148) la population incarcérée a augmentée de presque 7 % sur 7 mois, soit 1% par mois ! Aujourd’hui, d’après les chiffres du ministère, la population carcérale a augmenté de 2.3 % entre mars et avril 2011, soit en un seul mois !

Cette hausse est plus de deux fois plus importante qu’au cours des 7 derniers mois !
Le taux d’incarcération a de nouveau atteint des proportions surprenantes ! Les conditions de travail et les conditions de détention létales pour tous, produisent des tensions fortes en détention ces derniers mois et des passages à l’acte important ! Tout le monde est à cran ! Les agressions sont de plus en plus nombreuses ….

L’agrandissement constant et régulier du parc pénitentiaire n’est pas la solution aux problèmes de surpopulation et d’inflation carcérale ! Nous le savons ! Déjà, en 1999, dans la recommandation du 30 septembre 1999 sur le surpeuplement des prisons et l’inflation carcérale, le Comité des ministres, unanime, affirme que l’extension du parc pénitentiaire n’est pas la solution au surpeuplement des prisons ! Pourtant, depuis 1999, le gouvernement ne suit en aucun cas ces recommandations !

Déjà, en 20 ans, 30 000 places de prisons ont été crées. C’est loin d’être terminé ! Mme Alliot Marie annonçait en juillet 2010 que la France serait dotée pour 2017 de 68 000 places de prisons ! Voilà où va le budget de la Justice et des contribuables ! Sans compter sur les annonces fracassantes du Président pendant l’affaire « Pornic » ; affaire qui, outre la campagne des Présidentielles, n’y est certainement pas pour rien dans l’augmentation considérable du nombre de personnes incarcérées ! En France, il y a actuellement 98,6 détenus pour 100 000 habitants [95/100 000 en moyenne 2005/2007].

La vision française engendre des conditions de travail démesurément scandaleuses !
L’affaire de Pornic a montré les limites du système judiciaire et pénitentiaire français, l’état de misère des SPIP ! Les conditions de travail en détention sont plus que misérables ! Elles sont inhumaines, humiliantes et létales ! Rappelons que selon une étude de l’Inserm, un personnel de surveillance se suicide 35 fois plus, toutes proportions gardées qu’une autre personne ; Il est plus élevé que dans la police.

Travailler dans de telles conditions relève bientôt de la torture ! Les personnels sont mis en danger ! C’est révoltant !
Les conditions de détention sont indignes et ne permettent en aucun cas un temps d’incarcération mis à profit pour une future réinsertion.

D’autres choix sont possibles avec une autre politique pénale ! La CGT pénitentiaire en appelle à l’ensemble des élus, des responsables politiques et associatifs afin qu’ils fassent pression sur le gouvernement, pour une autre politique pénale, pour une autre gestion des prisons et des personnels !

Montreuil, le 15 avril 2011

Plan du site | Infos légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page