Accueil > Communiqués > Nationaux > TEMPS DE TRAVAIL & ORIGINE : COUP DE SANG DE LA (...)

TEMPS DE TRAVAIL & ORIGINE : COUP DE SANG DE LA CGT EN CAP des CPIP du 3 octobre 2013

lundi 7 octobre 2013  |   Version imprimable   |   Envoyer par courriel

En complément de notre déclaration liminaire, nous avons une nouvelle fois interpellé les services des ressources humaines de la DAP sur le déploiement du logiciel Origine dans les SPIP. Jusqu’à présent, la direction des ressources humaines a eu trop tendance à ne pas vouloir se saisir de ce dossier, le renvoyant à la responsabilité des services déconcentrés (SD).

C’est donc par une réaction virulente de la CGT que s’est ouverte la CAP du 3 octobre dernier.
Une nouvelle fois, M. Amiot-Chanal, adjoint de la directrice des RH, qui présidait la CAP, tentait de renvoyer vers un autre service les conséquences désatreuses dans les SPIP du déploiement du logiciel Origine (calcul du temps de travail).
Pour la CGT, cette façon systématique de vouloir se défausser est inacceptable. Les services ressources humaines sont aussi responsables de ce dossier. Il ne s’agit pas uniquement d’organisations de services. Le déploiement d’Origine dépasse largement la question de l’organisation, notamment au regard des chartes des temps, de la gestion des ressources humaines comme des relations exécrables que le déploiement d’Origine fait naitre dans les services. Plus que les problèmes de paramétrage et techniques, c’est en terme plus généraux que nous sommes intervenus.
Les agents des SPIP (CPIP, PA) ne sont pas corvéables à merci. L’écrêtage des heures est insupportable dans une administration où par exemple, le temps des personnels de surveillance est établi à la minute près, puis examiné à la loupe pour récupération ou paiement d’heures supplémentaires. Jusqu’à présent, cette mentalité n’a jamais prévalu dans les SPIP et l’administration serait bien inspirée de revenir en arrière. Nous serions d’ailleurs curieux de connaître le nombre total d’heures écrêtées dans les services, nos collègues du SPIP 49 ont estimé qu’elles représentaient un équivalent temps plein sur un mois.
Des agents de terrain jusqu’à certains directeurs régionaux, tous les échelons reconnaissent l’inanité du système. Le paramétrage du logiciel est absurde nécessitant des équivalent temps plein de cadre pour gérer le système, des agents qui au quotidien perdent un temps pourtant précieux à saisir des données, bref… rien ne va mais les services RH évacuent systématiquement. A ce niveau d’irresponsabilité, la CGT a annoncé qu’en l’état, si rien n’avançait, elle apellerait et soutiendrait les démarches d’agents qui décideraient de retourner leur carte de badgeage à l’administration centrale. La CGT saisira la DAP pour exiger une rencontre. D’ores et déjà nous vous invitons dans les services à envisager des modalités d’action pour exiger un paramétrage plus juste d’Origine. Aujourd’hui sans l’appui des terrains, l’action de la CGT risquerait d’être vaine, car l’administration ne bougera pas sans rapport de force !

1. EXAMEN PROFESSIONNEL
Validation de la liste, présentation par RH7 (service de la formation) d’éléments très vagues sur la qualité générale des candidats, un jury qui aurait eu beaucoup de mal à faire le départage, et qui voulait encourager les prétendants.

2. tableau d’avancement au choix

Voir liste diffusé par mail

Vingt-trois postes étaient ouverts à l’avancement au choix. Les représentants CGT établissent leurs propositions uniquement au regard de l’ancienneté toute fonction publique confondue. Les fiches de l’administration centrale ne sont pas forcément à jour. C’est aux agents concernés par une carrière antérieure d’informer l’administration de l’existence de celle-ci. Pour être assuré de la prise en compte de ces éléments, rapprochez-vous des services de gestion RH de vos DISP pour vérifier les mentions sur vos fiches carrière.
Si dans ces choix l’administration est attentive à l’ancienneté, elle reste plus sensible aux classements et aux mémoires de proposition transmis par les DISP.

3. DISPONIBILITES
2 Avis favorables
1 Avis défavorable

4. MOBILITE PROFILE formateur
— Pas de candidat possédant l’habilitation requise

5. EXAMEN titularisation

4 Titularisation :
+
un redoublement
un licenciement

6. Conge formation
— Avis défavorable concernant deux demandes.

Vis à vis des demandes de disponibilités comme de congés formation la CGT s’est élevée contre les avis de l’administration qui refuse aux agents des droits en, raison de la pénurie de personnels dans les services. Cette situation est inacceptable. Ce ne sont pas les agents qui doivent supporter une perte de droits du fait des politiques d’austérité et de manque de personnels dans les services.

7. INTEGRATION

MONTREUIL, LE 7 OCTOBRE

Plan du site | Infos légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page