Accueil > Communiqués > Nationaux > TRANSFERT DES MISSIONS : Nos craintes se confirment (...)

TRANSFERT DES MISSIONS : Nos craintes se confirment …

mardi 19 avril 2011  |   Version imprimable   |   Envoyer par courriel
PDF - 31.2 ko
TRANSFERT DES MISSIONS : Nos craintes se confirment …

Une deuxième réunion sur le transfert de missions s’est tenue ce lundi 18 avril à l’administration centrale. Malheureusement, les craintes de la CGT Pénitentiaire se sont confirmées au fil de la séance… L’administration ne dispose pas des moyens nécessaires (en personnels, en équipements, en temps, etc…) pour exécuter ces nouvelles missions qui lui sont imposées.

En début de réunion, un point a été fait sur les premiers retours d’expérimentation des deux sites choisis. L’exemple le plus criant concerne la maison d’arrêt d’Epinal, où, dès la première semaine, les agents concernés ont explosé leurs quotas d’heures supplémentaires. Mais au CP de Moulins, ce n’est pas mieux : pour ces missions, il s’agit de faire appel aux agents en fonction de leur taux horaire, en privilégiant donc ceux qui sont en heures négatives !

Suite aux résultats de la CAP de mobilité du mois de mai prochain, les agents sélectionnés iront en formation à l’ENAP cet été. Ce sont donc 84 agents — 42 sur une liste principale, par ordre de classement en CAP, puis 42 sur une liste complémentaire — (sélectionnés en CAP, encadrement compris) qui iront en formation en juillet pour une durée de 3 semaines, alors même que nous manquons déjà de personnels sur les coursives et que les agents plafonnent leurs heures supplémentaires !!! De plus, les 42personnels de la liste complémentaire ne seront retenus que si ceux de la liste principale ne sont pas validés à la fin de leur formation ; sinon ils retourneront sur leur établissement d’origine et cela même s’ils pouvaient être mutés ailleurs durant la CAP. C’est un véritable scandale. Cela montre tout l’intérêt que porte l’administration pénitentiaire pour ses personnels, tels des pions sur un échiquier !

Et que dire de cette formation au rabais, l’ENAP ne disposant pas du temps nécessaire pour la rendre utile ?

• 1 semaine pour connaître le cadre réglementaire des différentes escortes ;

• 1 semaine pour pouvoir faire usage d’une arme alors que des personnes civiles peuvent être autour ;

• 1 semaine pour connaître et maîtriser les techniques d’intervention et de maîtrise d’un individu dans un tribunal et effectuer les évaluations pour la validation.

Que dire du fait que nous allons récupérer de vieux véhicules de la police et de la gendarmerie ? Pour ceux qui pensaient avoir des motos pour effectuer leurs missions, nous pouvons leur annoncer qu’ils auront peut-être des 103 SP ?

Que dire d’une administration qui ne peut pas fournir, à chaque agent, 1 gilet pare-balle individuel ? Que dire du confort de ce gilet ? Sans compter son adaptation sur les personnels féminins !!! Que dire d’une administration qui ne prévoit pas de formation continue obligatoire pour les personnels affectés aux escortes ? Que dire d’une administration qui nous dit que les agents resteront, pour leurs missions, sur leur région administrative, mais qui envisage de leur faire prendre l’avion ?

Une formation au rabais, le manque de moyens en personnels mais aussi en matériels de qualité et les rythmes de travail imposés aux personnels qui y sont affectés : c’est une honte !!!

En l’état actuel du dossier, la CGT Pénitentiaire ne peut cautionner un tel projet qui met en danger la vie des agents, mais aussi la sécurité de la population civile. De ce fait, la CGT Pénitentiaire se réserve le droit d’alerter nos instances politiques pour leur faire part de la dangerosité de ce projet.

Montreuil, le 19 avril 2011

Plan du site | Infos légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page