Accueil > Communiqués > Nationaux > Tableau au grade de Brigadier : Les désillusions se (...)

Tableau au grade de Brigadier : Les désillusions se confirment !

mercredi 5 janvier 2011  |   Version imprimable   |   Envoyer par courriel
PDF - 29.4 ko
Tableau au grade de Brigadier : Les désillusions se confirment !

Que la CGT pénitentiaire n’avait-elle pas entendue ? Elle ne signait jamais rien alors qu’était proposée une réforme du statut des surveillants permettant soi-disant d’offrir des lendemains qui devaient chanter, où chacun bénéficierait d’une revalorisation indiciaire substantielle.

Malheureusement, la CGT pénitentiaire est au regret de confirmer le bien fondé de notre refus de signer cette réforme, laquelle, après la période transitoire de reclassement à l’ancienneté, entre dans le dur et se révèle pour ce qu’elle est réellement : une réforme au rabais, qui, vraisemblablement, profitera seulement à quelques uns, et qui, assurément, fera régresser l’ensemble de la profession.

Chacun l’aura constaté : il n’y a pas eu de tableau d’avancement au grade de brigadier au titre de l’année 2010, et il semblerait également qu’il n’y en n’aura pas non plus au titre de l’année 2011. Les collègues qui ont fait des efforts de préparation et de participation aux épreuves des unités de valeur (UV) ont de quoi être verts de rage.

Nous contestons et jugeons inadmissible que deux métiers de surveillants aient pu voir le jour avec la création du grade de brigadier. Rien ne justifiait au regard des missions de couper en deux la profession !
A trop vouloir tirer sur la corde pour satisfaire les signataires (UFAP et FO), il apparaît clairement que Bercy exige désormais de l’administration qu’elle maintienne le niveau de 17% dans le cadre des politiques d’économies budgétaires que nous connaissons tous.
A la CGT pénitentiaire, nous considérons comme inacceptable que ce grade de brigadier ne bénéficie qu’à 17% de la profession quand 83% de la filière, les surveillants, ne perçoivent aucune revalorisation salariale.

La CGT pénitentiaire préconise plutôt un élargissement du grade de brigadier pour permettre un passage à l’ancienneté pour le maximum de surveillants en attendant une véritable réforme qui permettra une valorisation pour toute la filière.

Non seulement les lendemains ne chantent plus mais la situation à venir est des plus bouchée pour les surveillants. Pour que tous les collègues soient revalorisés, il faut revenir à une carrière linéaire que nous situons en catégorie B, ce qui n’est pas utopique puisque les Policiers l’ont obtenue. Nous réclamons cette catégorie depuis 2002, malgré les quolibets et procès d’intentions des mêmes qui n’en doutons pas, se rallieront rapidement à cette vision syndicale puisque leurs homologues la portent dans la Police.

Montreuil, le 4 janvier 2011

Plan du site | Infos légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page