Accueil > Communiqués > Régionaux > UR Bordeaux : fermeture d’établissements, et les (...)

UR Bordeaux : fermeture d’établissements, et les personnels ?

jeudi 29 juillet 2010  |   Version imprimable   |   Envoyer par courriel

Après l’annonce qui vient d’être faite, de la fermeture de 45 prisons, les personnels de la DI de Bordeaux sont sous le choc.

En effet, déjà le 8 mars, était annoncée la fermeture avec réouverture à proximité de quatre établissements, à savoir, Gradignan, Limoges, Pau et Saint-Martin de Ré. Aujourd’hui sont rajoutées les prisons qui fermeront définitivement sans ouverture à proximité, à savoir
Agen, Guéret, Niort, Rochefort et Saintes. Soit neuf au total !


C’est près de la moitié des établissements de la D.I. qui vont fermer !
Les personnels de tout corps s’inquiètent …

Que vont-ils devenir ? Après avoir attendu des années dans les prisons parisiennes, pour enfin pouvoir être muté dans leurs villes d’origines, ils vont devoir tout laisser et partir pour des prisons
parfois à plus de deux heures de route (les personnels d’Agen par exemple).

Quant aux reconstructions à proximité, comment ne pas être inquiet ! Que veut dire pour le ministère « à proximité » ? Quand allons-nous enfin savoir où sera reconstruit Saint-Martin de Ré par exemple ? En effet, on a pu lire récemment dans la presse le projet d’un parlementaire proche de notre ministre, qui propose un terrain loin de tout, et surtout loin de l’île de Ré. Si le ministère considère ce terrain comme étant à proximité, alors tout peut arriver !

Pourquoi ne pas avoir consulté les personnels ? Nous savons sur les 13200 places, les erreurs qui ont été commises. Faire une prison de presque 700 places à Mont-de-Marsan, là où l’ancienne accueillait environ 80 détenus démontre l’absence totale de réflexion. Il aurait mieux valu en faire une de 200 places beaucoup plus humaines, et une autre identique à Agen, plutôt que de la fermer définitivement. Sur cette partie du territoire, le Lot n’a pas de prison et le Lot-et-Garonne n’aura plus de maison d’arrêt. Les écrous se feront, si l’on en croit le ministère, sur la nouvelle prison de Pau, soit à près de 2h30 !

Ces fermetures et constructions ne prennent absolument pas en compte l’échelle locale. Tout ceci est décidé depuis Paris sur une carte, sans penser aux conséquences. Comment ne pas trouver la taille du CP de Mont-de-Marsan grotesque pour un département comme les Landes !

Ces décisions auraient mérité une concertation large des personnels, des élus locaux, de ceux qui connaissent le terrain. Une fois de plus, ce sont les personnels qui vont devoir subir ces décisions tellement préjudiciables pour eux.

Mont de Marsan, le 29 juillet 2010

Plan du site | Infos légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page