Accueil > Communiqués > Régionaux > UR Lyon : CAP des CPIP le mépris continue exigeons le (...)

UR Lyon :
CAP des CPIP le mépris continue exigeons le respect

jeudi 11 avril 2013  |   Version imprimable   |   Envoyer par courriel

La liste des postes de CPIP ouverts à la prochaine CAP est enfin sortie. Une fois de plus, la déception est au rendez-vous.

8 postes ouverts sur la DISP de Lyon !!!

Considérant l’état des ressources humaines dans les SPIP de la DISP, ouvrir huit postes met un point final au manque de respect criant de l’administration envers ses travailleurs sociaux. Non contents de décaler une CAP aux derniers jours du mois de juin, sans prendre en considération la nécessité pour les agents mutés de s’organiser, l’administration nous donne des miettes dont il faudrait se contenter ? Les services n’ont de cesse de faire remonter les manques de collègues dans les services, en vain. La pénurie est réelle, l’administration reste sourde et aveugle. Une nouvelle réforme de l’exécution des peines et du système pénal est en cours. A aucun moment, la question des besoins n’a été abordée réellement. Le jury de la conférence de consensus n’a effleuré cette question qu’à deux reprises dans ses recommandations. L’administration l’a tout simplement éludée.


Comment mettre en oeuvre la peine de probation annoncée dans les médias et les discours officiels, alors que les CPIP du milieu ouvert croulent déjà sous les dossiers ?
Comment prendre en charge des mesures supplémentaires alors que les CPIP n’ont plus assez de temps à consacrer aux prises en charge individuelles existantes ? Nous ne pouvons plus combler la pénurie. Nous ne devons plus accepter que l’administration nous traite avec tant de mépris.

Il est grand temps de réagir et de montrer à cette administration que nous ne sommes pas prêts, à sacrifier notre métier, notre santé, notre vie professionnelle et privée.

Il est temps de se réunir localement en AG et de décider de modalités d’action et d’expression visibles pour nos dirigeants.
Saisissons-nous dans un premier temps des cahiers de doléance pour matérialiser l’expression des besoins et l’état de délabrement de vos services.

Il est impératif de communiquer largement et ouvertement sur la situation de vos services, avant de subir une nouvelle fois le poids de nouvelles mesures, sans réflexion sur les moyens humains.

Nous n’accepterons plus d’être mis au pied du mur.

Lyon, le 5 avril 2013

Plan du site | Infos légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page