Accueil > Communiqués > Nationaux > URGENT ! Dates de mutation des CIP - Prise de poste des (...)

URGENT ! Dates de mutation des CIP - Prise de poste des stagiaires

jeudi 24 juin 2010  |   Version imprimable   |   Envoyer par courriel
PDF - 87.4 ko

L’administration vient de publier la note de résultat de la CAP des CIP. En dehors du fait que cette note fait état
d’informations confidentielles qu’il est anormal de communiquer, elle précise aussi que la prise de fonction
s’effectuera, « en principe », au 1er septembre 2010. Cependant, la note explique que cette prise de fonction
peut être retardée selon les nécessités de service ou les dates des ouvertures d’établissement.

En l’occurrence, pour les ouvertures d’établissements, les dates de prise de fonction prévisionnelles pour les
agents ayant obtenu leur mutation sont respectivement février 2011 pour Annoeullin et juin 2011 pour Réau.

En ce qui concerne les « nécessités de services », l’administration a déterminé une liste de 9 antennes qu’elle
estime particulièrement touchées par des départs important de titulaires et des arrivées conséquentes
de stagiaires. Dans ces services, la DAP souhaite mettre en place trois vagues successives de départs : 1er
septembre 2010, 1er novembre 2010 et 1er janvier 2011. Les services concernés sont :

  • DISP Strasbourg SPIP 70 LURE
  • DISP Dijon SPIP 10 VILLENAUXE
  • DISP Dijon SPIP 28 CHATEAUDUN
  • DISP Dijon SPIP 51 CHALONS EN CHAMPAGNE
  • DISP Lille SPIP 60 BEAUVAIS
  • DISP Lille SPIP 02 LAON
  • DISP Lille SPIP 60 CREIL
  • DISP Paris SPIP 91 FLEURY-MEROGIS
  • DISP Paris SPIP 78 BOIS D’ARCY

Pour ces antennes, les DI doivent faire remonter leurs propositions de dates de départ des agents mutés.

Pour la CGT, nous constatons que ce capharnaüm illustre une fois de plus, s’il le fallait, l’absurdité du système
de la pré-affectation. Les collègues qui ont obtenu leur mutation sont remplacés par des collègues stagiaires,
mettant ainsi en difficulté les services. Il est fort dommage que ce soit les agents qui fassent ainsi les frais des
conséquences de la réforme de la formation, qui occupera sans doute une bonne place dans l’Histoire des
mauvaises idées de l’administration pénitentiaire.

En tout état de cause, nous considérons que la question des « nécessités de service » doit être examinée avec la
plus grande attention et ne peut pénaliser plus d’agents que de rigueur. Par ailleurs, nous demandons à ce que
les critères fondant les décisions soient élaborés et discutés localement pour respecter au mieux les situations
personnelles des agents. En ce sens, les services et les organisations syndicales doivent être consultés sans
attendre par les DSPIP. Nous appelons les militants de la CGT à être extrêmement vigilants sur ce point.

De plus, l’arrivée des stagiaires se fait dans la plus grande confusion. Alors que l’ENAP avait indiqué
avoir transmis des consignes aux Directions Interrégionales enjoignant les DSPIP à la plus grande des
compréhensions, c’est au contraire la plus grande des incompréhensions qui domine. En fonction des sites,
l’inégalité de traitement est invraisemblable. Dans certains services, la semaine de latence entre l’amphi et la
prise de poste a été transformée en délais de route. Dans d’autres, les stagiaires ont appris à leur arrivée qu’ils
étaient mis d’office deux semaines en congés. Dans d’autres encore, les directions locales refusent d’accorder
la moindre souplesse aux stagiaires, rendant ainsi impossible la recherche de logement.

Nous avons donc demandé à ce que les stagiaires, dont l’arrivée difficile est due directement au planning qui
leur est imposé, ne paient pas les pots cassés de ces erreurs, et que les directions locales soient rappelées d’urgence à plus de souplesse et de discernement.

A Montreuil, le 24 juin 2010

Plan du site | Infos légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page