Accueil > Communiqués > Nationaux > Une première victoire, PFI, ce n’est pas fini. (...)

Une première victoire, PFI, ce n’est pas fini. Communiqué CGT Pénitentiaire, CGT PJJ, CGT Services Judiciaires

jeudi 7 juillet 2011  |   Version imprimable   |   Envoyer par courriel
PDF - 13.9 ko
Une première victoire, PFI, ce n’est pas fini

Les agents de Lille ont vu leur lutte récompensée :

Ils devraient rester à Lille et non plus être délocalisés à Amiens.
Les agents de l’AP devraient également conserver leur statut

La CGT félicite l’ensemble des agents qui ont su se mobiliser.

C’est en combattant que l’on gagne !

Cependant, pour la CGT, il reste de nombreux points en suspend :

- Si les uns pourront garder la géo localisation de leur emploi, qu’en sera t-il des autres, les agents actuellement à Amiens ou Douai ? La même question se pose pour de nombreux agents sur toutes ces créations de PFI.
- Si les uns devraient pouvoir conserver un statut, qu’en sera t-il des autres ? Plusieurs niveaux de rémunération pour le même travail ne peuvent être acceptables. Nous demandons un alignement par le haut de l’indemnitaire pour tous les agents, et ce hors statut spécial.

La CGT reste contre la création des plateformes, contre cette mise en œuvre de la RGPP et donc farouchement opposée à la création d’une plate-forme Chorus unique telle qu’annoncée par le secrétaire Général du ministère aux parlementaires il y a quelques jours.

Pour nous, leur création génèrera :
- des pertes d’emplois
- une mobilité imposée
- Insécurité au travail – peur de mise un terme au contrat
- Modifications de l’organisation du temps de travail, tels que des horaires irréguliers ou moins prévisibles (travail à temps partiel subi ou heures supplémentaires imposées)
- une dégradation des conditions de travail

Les conséquences éventuelles sur la santé des travailleurs vont bien au-delà des victimes de réduction d’effectifs (perte d’emploi ou surcharge de travail). Elles affecteront également la santé de leur famille et des communautés au sein desquelles la restructuration s’opère.
La baisse des dépenses publiques compromettra également les capacités d’intervention, entre autres, des services de prévention des risques professionnels.

La situation du SAR d’Amiens sur lequel la DSJ a, peut être prématurément, intégré les agents Chorus de Rouen est exemplaire.
Une visite du CHS, à la demande de la CGT, a révélé :
- la présence de 14, et bientôt 16, agents et de l’ensemble des utilitaires dans 80 m2
- un local préparé très grossièrement en abattant quelques cloisons, peu adapté aux besoins et ce dans de travail médiocre
- une obligation faite aux agents de travailler à plusieurs sur un même code informatique
- la mise en place d’objectifs de rentabilité
- la mise sous pression des agents

Pour la CGT, la mobilité est un droit et doit rester un choix,
Pour la CGT, le travail est un droit,
Pour la CGT, la qualité du service public passe par la proximité,
Pour la CGT, le travail ne doit pas être déshumanisant,

Pour la CGT c’est :

NON AUX PLATEFORMES,

NON A LA RGPP

Lille, le 05/07/2011

La CGT Pénitentiaire

La CGT PJJ

La CGT Services Judiciaires

Plan du site | Infos légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page