Accueil > Communiqués > Nationaux > communiqué loi travail

communiqué loi travail

jeudi 2 juin 2016  |   Version imprimable   |   Envoyer par courriel

La décision gouvernementale d’utiliser l’article 49.3 pour adopter, sans vote parlementaire, la scélérate loi travail « loi EL KHOMRI » est un coup de force scandaleux. Bien plus que la marque d’autorité d’un pouvoir serein, il faut y voir bien davantage le signe de faiblesse d’un pouvoir fébrile et acculé de toutes parts, qui se lance dans une fuite en avant irresponsable.
Après deux mois de manifestations et de grèves depuis le 9 mars, sous l’impulsion de la CGT et aux côtés de six organisations syndicales, nos arguments ont porté et ont convaincu, malgré le matraquage médiatique : 71% des Français sont opposés à la loi Travaille, 80% sont opposés à l’usage du 49.3, plus d’une quarantaine de députés manquent pour trouver une majorité capable de voter ce projet de loi.
Quel mépris pour le peuple, les jeunes, les salariés, les syndicats et la représentation nationale ! Souvenons-nous que l’adoption du CPE en 2006 via le 49.3 ne nous avait pas empêchés de gagner le retrait final du texte par la lutte, alors que le décret d’application était paru ! Souvenons-nous aussi que cette casse du code du travail n’est que le prélude à la casse du statut des fonctionnaires comme s’y prépare le gouvernement, ce que confirme Macron dans ses déclarations récentes.
Cela serait une erreur de penser un instant que cette loi n’impactera pas notre statut. Chaque fois que des mesures antisociales avaient vu le jour, le statut des fonctionnaires en avait fait les frais aussitôt. Ne rêvons pas, le temps de travail, le taux de paiement des heures supplémentaires, l’inversion de la hiérarchie des normes, la suppression de la médecine du travail et le recours croissant au CDD vont s’abattre sur nous si nous nous contentons simplement d’observer ceux qui luttent.
Nous n’avons pas le droit de balayer d’un revers de main les acquis de nos prédécesseurs et de laisser un monde du travail en ruine pour nos enfants.
Tous les salariés sont concernés : ceux du public, comme ceux du privé. C’est la grève interprofessionnelle de tous dans l’unité qui est plus que jamais à l’ordre du jour. Pour la CGT pénitentiaire, les choses sont claires : le projet de loi travail n’est ni amendable ni négociable........

Plan du site | Infos légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page